Médecine & Diététique chinoise : Que l’alimentation soit ta première médecine

Médecine & Diététique chinoise : Que l’alimentation soit ta première médecine

Temps de lecture : 6 minutes

Jean-Pierre est thérapeute en médecine chinoise, spécialisé en Yang Sheng, après avoir été cadre supérieur chez Orange. Dans cette interview, il vient nous parler de son métier, de son approche de la santé et de la diététique chinoise avec une particularité qui m’a plue : sa vision tolérante et complémentaire de la médecine occidentale. Je suis très heureuse que cette vision de la santé, en phase avec celle de SanteVege, puisse vous être partagée ici. Bonne lecture !


Quel a été ton parcours avant de devenir thérapeute ?

Depuis que je suis petit, je rêvais de soigner les gens et de faire de l’humanitaire. De plus, j’ai toujours été attiré par l’Asie d’aussi loin que je m’en souvienne. Cependant, j’ai fait des études scientifiques pour que mes parents soient fiers de moi et après une carrière de cadre-sup chez Orange, à la mort de mon père en 2000, j’ai choisi de vivre mes rêves

J’ai alors choisi la médecine chinoise car c’est une médecine qui est très adaptée au travail en humanitaire et qui intègre des philosophies qui me sont chères comme le bouddhisme et le taoïsme.

Je pratique la médecine chinoise depuis une quinzaine d’années et participe à des projets humanitaires depuis 13 ans. Je gagne moins d’argent que dans ma “première vie” mais je suis beaucoup plus heureux, plus en accord avec moi-même et j’ai cette sensation inestimable d’être à ma place.

En quoi consiste exactement ta profession ? 

Ayant reçu un enseignement très traditionnel, j’essaie de pratiquer la médecine chinoise dans son approche traditionnelle. Ainsi, mon rôle consiste à rendre le patient autonome et responsable de sa santé.

Lors d’un premier rendez-vous je garde le patient pendant 2h, cela nous permet de faire le tour de sa vie pour comprendre comment son terrain énergétique s’est déséquilibré au fil des années. Lorsque les causes sont identifiées on peut alors mettre en place des axes thérapeutiques adaptés à la situation personnelle du patient. 

Pour cela nous pouvons puiser dans les nombreuses branches de la médecine chinoise: 

  • Diététique,
  • Psychothérapie (Xin Li),
  • Acupuncture,
  • Pharmacopée,
  • (auto-)massages
  • Qi-Gong
  • Yang Sheng (aspect préventif), etc…

Selon la médecine chinoise, nous sommes totalement responsables de nos déséquilibres énergétiques qui favorisent l’apparition des maladies par nos façons de vivre (alimentation, hydratation, gestion des efforts, gestion des émotions, gestions des cycles, etc..). A partir de là, nous sommes aussi totalement responsables de notre guérison en agissant sur les mêmes leviers. Cela est très différent d’autres approches médicales qui sont plutôt des approches d’assistance.

Pour rendre le patient responsable et autonome, je lui fournis un maximum d’informations et de conseils (sous forme de documents) pour qu’il puisse se passer de moi. 

Ta spécialité

Ma spécialité est le Yang Sheng, c’est à dire l’art ancestral du maintien de la santé et d’évitement des maladies. J’ai, par ailleurs, organisé plus de 25 stages sur ce thème.

Je travaille principalement en cabinet mais j’ai aussi des activités humanitaires : je gère une association qui travaille en Inde et bientôt au Cambodge. J’anime également régulièrement des stages et des conférences, toujours avec l’idée d’aider les gens à être autonomes en matière de santé. Enfin, je développe une activité d’utilisation des lieux sacrés pour la santé.

tasse de thé avec théière sur une table

As tu un ou deux exemples marquant de thérapie ?

Il y a de nombreux cas qui m’ont marqués. Certains cas qui sont considérés comme incurables en médecine moderne mais ne le sont par la médecine chinoise car cela dépend parfois de la manière de poser le diagnostic. J’ai en tête également des cas où la médecine chinoise a permis d’éviter des opérations et de sauver des utérus, des thyroïdes ou même des prostates

Dans tous ces cas, le mérite revient avant tout au patient car c’est lui qui fait tout le boulot. Je ne fais que l’accompagner et le guider un peu en me basant sur un savoir ancestral.

Y a-t-il des valeurs indissociables de tes pratiques ?

La médecine chinoise a été influencée par le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme dont ont retrouve beaucoup d’influences et de valeurs.

  • Respect de soi
  • Non-jugement
  • Bienveillance
  • Simplicité

Mais la médecine chinoise est aussi associée à une éthique et une déontologie. Par exemple, ne jamais proposer un soin à quelqu’un car la démarche et l’impulsion doivent venir du patient.

La limite de la médecine chinoise est qu’on ne peut pas soigner quelqu’un à son insu (puisque c’est lui qui va faire le boulot). Un aspect important est aussi de toujours respecter les valeurs et les contraintes du patient. Ne jamais lui proposer quelque chose qui heurterait ses valeurs ou ses croyances.

C’est la médecine chinoise qui s’adapte au patient et non pas l’inverse.

De même, nous ne remettons jamais en cause les traitements que le patient peut avoir par ailleurs et nous adaptons à eux. Le respect et la coopération avec la médecine conventionnelle est très important pour moi. Enfin, un fondement de la médecine chinoise, et de toutes les médecines traditionnelles, est le respect des cycles de la nature.

théière et tasse de thé

Est-ce que ta profession a une influence sur l’alimentation ?

La diététique est le premier levier de la santé selon la médecine chinoise. A l’époque de la splendeur de la médecine chinoise lors de la première séance, le praticien ne parlait que de diététique et modifiait uniquement la façon de manger de son patient. Cela suffisait à régler les problèmes de santé dans 50% des cas. 

Si cela ne suffisait pas alors, lors d’une seconde séance, il utilisait d’autres aspects et d’autres outils. Il m’est arrivé de soigner des pathologies uniquement avec l’alimentation. Dans tous les cas, je pense que rien n’est possible en médecine chinoise à long terme sans adapter l’alimentation des patients. On ne peut pas faire l’impasse sur cet aspect !

Lors de tes consultations, recommandes-tu une alimentation en particulier à tes patients ? Laquelle ?

Les conseils alimentaires vont dépendre de chacun. Il y a des règles universelles qui sont bonnes pour tout le monde, et des conseils particuliers à la situation du patient. Au final aucun patient ne ressort de mon cabinet sans plusieurs pages de conseils alimentaires adaptés à son terrain.

Cependant, il y a plusieurs cas de figures :

  • Si la pathologie est due ou entretenue par des erreurs alimentaires répétées, alors les conseils alimentaires sont la clés de la guérison. 
  • Il arrive qu’un déséquilibre énergétique soit entretenue par la prise quotidienne d’un seul aliment. 
  • En réduisant cet aliment le patient revient à l’équilibre.
  • Si un patient reçoit un traitement de plantes alors il est indispensable de lui donner des conseils alimentaires pour que sa nutrition aille dans la même direction que le travail des plantes. Sans ça, le traitement sera moins efficace.
  • Et dans les autres cas, un patient doit recevoir au minimum des conseils selon deux directions :
    • Réduire les comportements alimentaires qui aggravent ou entretiennent sa pathologie.
    • Introduire des nouveautés qui peuvent l’aider à guérir, notamment des alicaments. 
étagère avec produits de diététique chinoise

Peux-tu nous parler de la diététique chinoise ?

C’est la diététique du juste milieu :

Rien n’est bon, rien n’est mauvais… il n’y a que des excès

Mais la notion d’excès va être relative à chacun en fonction de son terrain.
La diététique chinoise est une diététique universelle dans la mesure où elle est en accord avec toutes les autres diététiques ancestrales (ayurvédique, tibétaine, africaine, amérindienne).

Je l’ai personnellement vérifié lors de mes voyages humanitaires : toutes les diététiques ancestrales sont d’accord entre elles car elles boivent toutes à la même source, celle du respect des règles de la Nature.

Par rapport à l’approche moderne de la nutrition qui est basée sur une approche biochimique de l’aliment, la diététique chinoise va introduire des notions complémentaires qui viennent enrichir la vision de la nutrition. Le fait de considérer l’aspect énergétique de l’aliment permet d’utiliser des concepts que la diététique moderne ne connaît pas, comme le tropisme d’un aliment, sa nature énergétique, sa vitalité (jing), letc…

Nous considérons non seulement le choix des aliments mais également la façon de les associer, de les cuire, de les découper, de les stocker, d’organiser ses repas etc.. car tout a un impact sur le plan énergétique.

Pour finir, as-tu une citation inspirante à partager avec nous ?

Il y en a deux qui me viennent spontanément.

“Les hommes perdent la santé pour gagner de l’argent puis utilisent cet argent pour retrouver la santé

Prendre soin de son corps pour que son âme ait envie d’y rester.
– Proverbe Hindou

inscription newsletter santevege
Qu\'en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier